bandeau fruits oubliés cévennes
 
 
Accueil
Historique
Actions
Partenaires
Contact
Adhérez !
Articles
Tribune

 

 


TRIBUNE


Alerte aux dysfonctionnements
de Fruits Oubliés Réseau,

OPA hostile sur la revue


À St Jean du Gard, le 27 mai 2017

 

Chères adhérentes et chers adhérents,
chères lectrices et chers lecteurs,

Ce n’est pas de gaîté de cœur qu’on vous le dit, mais nous tenions à vous prévenir de faire attention avant de céder aux miroir aux alouettes que sont les appels à l'aide financière d'une équipe qui a conduit votre revue à la faillite.Car contrairement aux communications de M. Dominique Garrel, la grave crise structurelle que traverse actuellement Fruits Oubliés Réseau est loin d’être terminée.

En réalité, la moitié du Conseil d’Administration s'est opposée aux choix et ambitions de cette Présidence autoritaire et illégale (non respect des statuts et des AG de FOR)(1). Ce qui a eu pour conséquence la mise à l'écart de cette partie du Conseil d’Administration, qui n'a plus ni pouvoir de décision ni accès aux documents (y compris le centre de documentation).
Si l’on s’en réfère à la dialectique « Dominiquaine », il s’agit donc de l’ancien « clan » des fondateurs, (c’est à dire ceux qui animent depuis 30 ans la revue Fruits Oubliés et les Journées de l’Arbre de la Plante et du Fruit, à St-Jean du Gard) et le nouveau « clan des sept », dont vous trouverez les noms et références dans l’ours (2) de la revue édité par eux-même.

On nous accuse d'être un clan fermé aux nouvelles propositions, aux nouvelles personnes. Pourtant, le Conseil d'Administration a suffisamment été ouvert pour que D. Garrel soit devenu Président... Nous lui faisions confiance pour mener à bien l'objectif de l'association (détaillé à la fin de cette lettre).
Mais au dépend des efforts de la précédente présidence (merci Louise), et au lieu de travailler au développement des ventes, il a pensé qu'il fallait tout reprendre, et qu'il allait faire mieux... Quitte à se débarrasser de ceux qui s’y opposeraient...

Ainsi, celui qui se veut le chantre absolu de la pomologie aura été le fossoyeur de 30 ans de travaux collaboratifs...

Cette opposition tient en réalité à des raisons simples :

- Une gestion démocratique et légale de l’association qui n’est pas respectée par ceux qui prétendent être seuls maîtres à bord.
- une stratégie (ou gabégie) financière élaborée par des têtes pensantes (la « professionnalisation ») qui nous conduit droit dans le mur. D’où la raison des nombreux appel à dons, abonnement et soutiens dont vous (et la pérennisation de la revue) êtes les otages.
- une ligne éditoriale de la revue et de la communication générale de l’association qui perd sa dimension militante pour suivre une ligne plus consensuelle dans le but de flatter les institutions pourvoyeuses de ressources financières... Quitte à en perdre notre identité.


Mais pour comprendre mieux, vous reprendrez bien un peu de détails,
pendant que c’est chaud...

A propos de gestion démocratique

Le prétendu Conseil d'Administration officiel ne représente plus qu’une partie minime des associations fondatrices de FOR, les représentants des autres ayant été éliminés méthodiquement (mais illégalement au regard des statuts) au fil des mois depuis l’Assemblée Générale de l’été 2016 (dont le compte rendu n’a jamais été édité et dont les décisions et élections ont purement été bafouées).
Les évictions concernent les associations Fruits Oubliés Cévennes, Les Dimanches Verts, Le Filon Vert, et le Directeur de publication (Christian Sunt), ainsi que la sortie volontaire de l’association Vergers de Lozère et Fruits Oubliés Tarn.
Au bas mot, 8 personnes, pour un CA qui normalement comprend 16 membres.


Quelle est la raison de cette éviction ?

Celle qui vous est fourni par D. Garrel s’appuie sur une soi-disant « cotisation non à jour », mais pour laquelle personne n’a eu de rappel à cotiser (un bien minable prétexte et une manœuvre peu délicate vis à vis de structures fondatrices)…
La vraie raison est que nous tentons de nous opposer depuis plusieurs mois à la folle stratégie dépensière de l’équipe restante.


A propos de la stratégie financière

Au début de la prise de fonction de D. Garrel, en 2014, FOR avait un solde positif comptable d’environ 8000 €. Aujourd’hui, à la suite d’embauches successives et de dépenses mal encadrées (frais de déplacements innombrables) nous estimons le solde négatif à – 8000 €. Et ce n’est qu’une estimation, puisqu’en dépit de nos demandes répétées, nous n’avons pas pu obtenir le moindre document comptable pour l’année 2016 et encore moins de prévisionnel pour 2017.

Pourquoi ? Parce qu’en licenciant un collaborateur, qui assurait le poste d’infographiste et de secrétaire de rédaction pour un coût de 500 € net par mois, mission parfaitement remplie au vue du résultat (et qui n’est plus à démontrer), D. Garrel a préféré le remplacer par un nouveau salarié qui coûte d'après nos estimations aux environs de 3000 €/mois à la structure (salaire, charges et frais de déplacement), qui n’a aucune expérience dans le domaine, et qui y devient comme une fleur le rédacteur principal, salarié, alors que jusqu’à aujourd’hui le choix éditorial portait surtout sur le bénévolat des rédacteurs, ce qui, à nos yeux, garantissait l'indépendance de ton de la revue ; surcoût auquel on doit encore ajouter l’embauche d’un nouvel infographiste. Que d’ambitions !!!

Rappelons que le collaborateur remercié, infographiste pour la revue depuis sa fondation, a vu son contrat interrompu, sans recours possible, sans courrier justificatif, sans être reçu par le CA, simplement parce qu’il a eu le malheur d’être parmi les premiers à soulever les problèmes de trésorerie qui pointaient leur nez. Et c’est à ce moment que nous avons pu découvrir, après tant d’années passées à ses côtés, que Dominique Garrel n’aime pas être contredit quand il a un plan.

Vous comprenez donc mieux aujourd’hui la communication tout azimut pour faire entrer des devises fraîches…
Mais ces devises risquent de remplir une coquille vide et percée, pour une revue qui perd son sens au profit d’une démarche commerciale, prétendument « professionnelle » et d'une vision moins " étriquée " (ça fait mal à entendre...).


A propos de la ligne éditoriale

D. Garrel poursuit de grandes ambitions, puisqu'il prétend s’occuper tout à la fois du Centre de Pomologie d'Alès, des vergers de Rousson et de Vézénobres. Nous pensons même qu'il aimerait prendre le contrôle des Journées de l'Arbre à St Jean du Gard (voire qu’il les délocaliserait ailleurs, comme il l’a fait pour FOR) afin de créer une énorme machine à subvention pour faire éclater la gloire de la pomologie, et la sienne sûrement un peu…
La revue Fruits oubliés, il vous l’a dit dans son édito du pseudo n°70, est un accessoire, un moyen pour cette mégalomanie. Le n°71, écrit pour moitié par le salarié-rédacteur et complèté de coller copier d'articles déjà paru dans d'autres journaux, précise un peu plus la nouvelle ligne rédactionnelle élaboré par leur ambition mercantile...

Notre positionnement est exactement l’inverse, c’est d’ailleurs ce pourquoi nous avions fondé Fruits Oubliés Réseau. Il suffit de reprendre les statuts fondateurs pour le comprendre (3). Pour nous, l’indépendance et la liberté de parole que nous poursuivions dans la revue Fruits Oubliés vaut bien plus que les subventions. Et l’hyper centralisation des actions de terrain est un piège qui mène à une uniformisation des luttes, jusqu’à leur intégration consensuelle dans la politique institutionnelle que nous critiquons par ailleurs.
Et ce positionnement n’est absolument pas compatible, ni soluble dans le programme de D. Garrel.

Mais au lieu d’en débattre et de chercher des consensus, que nous avions proposés à moult reprises, D. Garrel et ce qui reste de CA, ont validé et instrumentalisé notre illégale éviction pour prendre les décisions qui se concrétisent par ce pseudo n°70 de la revue, cette nouvelle mise en page (qu'on dirait venue des années 70) et cette toute nouvelle équipe éditoriale resserrée autour de son leader, et ce super « appel aux dons », avec comme argument « 30 ans d’existence et d’expériences », alors qu’ils ont viré la plupart de l'ancienne équipe et abusé les autres…
Et tout cela, sans qu’ils ne pensent à vous consulter, au moins une fois, sur ce que vous souhaitez pour l’avenir de cette revue associative, qui pourtant bénéficiait de vos faveurs telle qu’elle était, en constante quête de qualité (en tout cas les rares critiques n’obligeaient pas à de telles transformations...).

Maintenant, il vous appartient de juger pour ce qui est des ré-abonnements (dont le prix a subitement augmenté) et soutiens que vous pourriez leur apporter, ainsi que sur ce qu’elle est en train de devenir.
Après tout, vous serez toujours les derniers à décider, que ce soit aux AG ou dans vos actes d’achat.

 

Mais pour finir sur une note positive...

Quand à nous, nous essayons de défendre vos droits et ceux de nos associations, tant sur le plan administratif que matériel, puisque les locaux associatifs ont été fracturés par cette nouvelle équipe, que le matériel et le fond documentaire ont été déménagés, mais surtout que tous les anciens numéros de la revue édités par Fruits Oubliés Cévennes ont été dérobés pour être mis en vente sur internet (4) (appel à « dons » qui sont d’après nous probablement du recel de biens volés, mais nous attendrons que la justice se prononce pour l’affirmer, tout comme l’utilisation de la marque Fruits Oubliés, qui a été déposée en 2002 par Fruits Oubliés Cévennes).

Il nous fallait réagir afin de vous mettre au courant de ce qui se trame alors qu’aucune information ne vous a jamais été transmise avant cet édito consternant, vous pourrez ainsi juger de l’esprit de transparence qui anime cette nouvelle équipe.

Il y va de notre devoir moral et du respect que nous vous portons. Vous avez été nos lecteurs, nous vous avons pour la plupart physiquement rencontrés sur des événements. Nous nous connaissons grâce à ces longues années de luttes pomologiques, mais aussi agro-écologiques, militantes, pionnières dans la promotion de nouveaux concepts anti-productivistes, et nombres d’entre vous sont nos amis sincères… Nous ne pouvions pas vous laisser en ces nouvelles mains sans vous en avertir.
Il nous semble qu’il est de notre devoir de membres "indésirables" du CA de Fruits Oubliés Réseau (car nous nous en revendiquons encore) que vous le sachiez.

Car s'il est vrai que la pseudo assemblée Générale 2017 de FOR s'est déroulée, sans qu'une grande partie des adhérents à jour de leur cotisations n'y soient invité, du fait d'être qualifié d'"indésirable" parce que trop proche de Fruits Oubliés Cévennes, certains d'entre vous auront pu passer entre les mails de la sélection et pourrait nous représenter et enclencher le débat ouverts et transparent qu'ils fuient depuis novembre 2016...

Et pour ceux qui voudraient nous rejoindre en ces heures ténébreuses pour continuer la lutte (en attendant la conclusion judiciaire des plaintes que nous avons déposées), Fruits Oubliés Cévennes ouvre son site internet sur www. fruitsoublies.com, afin de continuer à informer des actions que nous soutenons ou que nous continuons à entreprendre, bien qu’éloignés malgré nous des sphères de décisions.
Encore une fois, on aurait bien voulu éviter que tout ça se passe, mais la vie associative a ses propres bio-rythmes, et ceci en est sûrement un… Étranges facéties humaines...


En attendant, vous pouvez nous contacter par mail sur contact@fruitsoublies.com

ou à notre adresse postale maintenue : 4 Avenue de la Résistance 30270 St Jean du Gard.

Et pour définir un vrai programme d’actions prévisionnelles 2017/2018 réaliste, nous vous invitons à notre prochaine assemblée générale de Fruits Oubliés Cévennes qui est prévue début juillet !


Bien à vous chers amis et à bientôt pour de prochaines aventures humaines et fruitières !!!

Des membres du CA de FOR 2016, représentants des structures fondatrices de Fruits Oubliés Réseau (Fruits Oubliés Cévennes, Le Filon Vert…)
A savoir : Christian Sunt (officiellement directeur de publication de la revue Fruits Oubliés), Jean Aiglin, Sabine Venelle, Sunt Wilhem, Sylvie Dupard.
Et un nombre croissant de soutiens désabusés parmi les rédacteurs, adhérents et abonnés…

Les Conseils d’Administration de Fruits Oubliés Cévennes et du Filon vert

 

P.S. : pour en savoir plus vous trouverez ci dessous des liens vers divers documents explicatifs :

- le PV de dépôt de plainte
- notre courrier recommandé adressé au Président de Fruits Oubliés Réseau


notes :

(1) Article 8 des statuts de FOR : « L'association est dirigée par un CA composé de 2 personnes par associations membres élues pour 3 ans et du directeur de publication de la Revue... »

Donc le pseudo CA réduit convoqué par Dominique Garrel est illégal, il n'a aucun droit de démettre des membres du CA élus par l'AG et représentant des associations membres.
A savoir Christian  SUNT est pour 3 ans Directeur de publication à partir de l'AG 2016,
WiIhem Sunt est membre du CA au titre du Filon, ainsi que Sabine Venelle.
Jean Aiglin et Sylvie Dupard y sont au titre de Fruits Oubliés Cévennes.
Ces personnes paient leur cotisation à leur association et le directeur de publication comme tout le comité de rédaction n'est pas astreint à cotisation (sauf décision contraire de l'AG).
Il n'y a pas au CA de représentant de Nature et Progrès Gard, car Nature et Progrès n'est pas adhérente.

Par ailleurs, à ce jour nous n'avons pas encore reçu le Compte rendu de l'AG 2016, ni d'appel à cotisation auprès des associations membres.

(2) l'ours est la liste des rédacteurs d'une revue.

(3) Article 2 des statuts de FOR : « cette association a pour but de coordonner les actions des associations qui sont membres, d'organiser leur représentation au niveau national et international, de mettre en œuvre leur politique éditoriale et leur communication commune. A cette fin elle édite une Revue intitulée "Fruits Oubliés". »
Donc en aucun cas le président de FOR ne peut se substituer aux associations locales pour organiser des événements, diffuser la revue, modifier le comité de rédaction et le directeur de publication, et encore moins démettre de leur fonction des membres du CA représentant une association locale comme le font illégalement depuis 1 ans Dominique Garrel, et Martin Lacroix, embauché malgré notre opposition (car non financé par les associations locales).

(4) cet appel à dons :
https://www.helloasso.com/associations/fruits-oublies-reseau/collectes/pour-le-maintien-de-fruits-oublies

est une imposture, car la Revue Fruits Oubliés n'est pas en déficit ce sont des dépenses non affectées à la revue (embauche d'un salarié à plein temps et frais de déplacement) qui creusent le déficit de FOR, il s'agit en fait d'un détournement des recettes de la revue vers des activités initiées par D Garrel, sans l'accord des autres associations du réseau. L'argent n'ira donc pas au développement de la revue mais au remboursement de dettes effectuées par la gestion pharaonique de D Garrel. Cela est dénoncé par nous depuis un an et a conduit à la démission de la trésorière de FOR. Aujourd’hui, D Garrel cumule les fonctions de Président et Trésorier de FOR et illégalement celle de responsable de publication.

 

 
Articles

 

 

Une association d'acteurs de terrain qui militent en synergie avec plusieurs structures associatives indépendantes...

Fruits Oubliés Cévennes est une réunion de passionnés et d'acteurs de terrain dans le domaine de la pomologie, de l'arboriculture et plus largement dans l'agrobiologie militante et des semences libres.

Fondateurs de la revue Fruits Oubliés, notre association a soutenu et accompagné depuis 30 ans la création de nombreuses structures.

30 ans de travail de terrain et de luttes militantes en Cévennes !